Jonathan Suckow: « J’espère que mon sport, le plongeon, attirera plus les regards! »

Cadet de la sélection Team Genève 2016, Jonathan Suckow est un jeune prodige du plongeon; il intègre le cadre national alors qu’il n’a que dix ans! Bourré d’ambition et de talent, Jonathan rêve de briller dans les bassins olympiques. Rencontre.


Quel est ton sentiment à l’idée d’avoir été sélectionné au sein de Team Genève?

C’est très gratifiant d’intégrer Team Genève et de faire partie d’un groupe d’excellents sportifs. Pour un néophyte comme moi, c’est un réel encouragement moral.
De plus, je vois déjà les effets : plus de sollicitations, de soutien financier ou encore de visibilité sur Internet…  D’ailleurs cela va au-delà de ma personne, car j’espère que mon sport attirera plus les regards.

Raconte-nous comment tu as débuté la pratique de ce sport…? 

J’avais six ans, c’est un souvenir perdu! Toutefois, je suis certain qu’il y avait une foule à impressionner, sinon à quoi bon !

Quel athlète rêves-tu d’affronter?

Dans les compétitions de plongeon, les concurrents se succèdent sur le plongeoir. Ainsi, d’une certaine manière, on affronte tout le monde en même temps. Il n’y a pas de confrontation directe, ce qui crée rarement une ambiance de concurrence ou de rivalité individualisée. Tout cela pour dire, que je n’ai pas d’idole, parce que c’est un concept surfait. Je considère qu’il vaut mieux idolâtrer une action, une technique ou un style plutôt que la personne qui l’exerce. En bref, admirons uniquement les vertus de chacun. L’idolâtrie mène logiquement au jour où le modèle commet une faute et la vie de son admirateur s’écroule… Pardon pour la digression!

Que peut-on te souhaiter cette année? 

On peut me souhaiter une qualification au Championnat du monde Junior ainsi que la bonne santé.

Ton proverbe préféré?

“Humans have an unlimited capacity to limit themselves” Harry Palmer